Archives de Tag: recrutement

Votre réputation n’est qu’à un clic…

Mon billet est en réponse au billet Sa réputation en ligne : un aspect à considérer, de Charles Pauzé. Celui-ci résume bien la réalité de l’importance que prend de plus en plus la réputation en ligne. Je tenais à souligner quelques autres points en lien avec le sujet.

Tel que mentionné par Charles, une grande proportion des recruteurs utilisent le Web, plus particulièrement les réseaux sociaux, afin de découvrir la réputation des candidats. Vous pouvez retrouver une liste des raisons mentionnées par les recruteurs ayant éliminé un candidat suite à une recherche en ligne, dans mon billet Recrutement 2.0 : Votre réputation en ligne est-elle à la hauteur. De plus, l’utilisation d’outils 2.0 afin de surveiller des candidats potentiels (www.123people.fr, www.zoominfo.com , www.samepoint.com, www.whostalkin.com, etc.), peut être problématique car les informations retrouvées par rapport à un individu peuvent être confondues avec d’autres individus portant le même nom… J’ai moi-même effectué le test avec mon nom. Mais, bien que le premier réflexe est de se dire : « ‘coudonc’ va-t-il falloir disparaître complètement de la toile pour être ‘safe’? », ce n’est pas une solution, car vous devez exister sur la toile maintenant; si vous n’y êtes pas, certains employeurs trouvent ça ‘suspect’ et pourraient vous mettre de côté, injuste direz-vous, mais que faire?

En terminant, les recruteurs ne doivent pas se laisser prendre à leur propre jeu. En effet, les candidats aussi sont maintenant en mesure de faire une veille sur l’entreprise afin de voir l’identité numérique par les actions posées par celle-ci, ainsi que ce qui se dit sur elle, bon et mauvais. D’où l’importance de soigner son image 2.0 et de faire en sorte que les recruteurs, ainsi que tout autre employé d’une entreprise, la représente bien. Soigner sa cyberimage est maintenant une nécessité. L’image du recruteur est aussi importante que l’image du candidat, dans un cas comme dans l’autre, la e-réputation pèse fort dans la balance.

Virginie

Publicités

Recrutement 2.0: Votre réputation en ligne est-elle à la hauteur?

Dans son billet Comment gérer sa réputation personnelle en ligne, Frédéric soulève que « 35% des recruteurs auraient déjà rejeté des candidatures à cause d’informations trouvées sur un site de réseautage social ». En effet,  selon ce que j’ai trouvé en effectuant une recherche sur le recrutement 2.0, des candidats potentiellement très qualifiés pour effectuer un emploi peuvent être disqualifiés prématurément et parfois injustement à cause de leurs actions sur le net. Dans un sondage effectué par Career Builder auprès de Canadiens et Américains, les raisons mentionnées par des recruteurs ayant éliminé un candidat suite à une recherche en ligne comprennent : des photographies inappropriées (55%), être sur le « party »/ consommation d’alcool (36%) (il ne suffit que d’UN party bien arrosé durant lequel un ami prend une photo et la diffuse sur Facebook et le tour est joué… disqualifié!), partage d’information sur un ancien employeur (50%) (qui sommes-nous pour juger? Nous ne connaissons pas les termes de leur entente, peut-être très légitime et approuvé), émission de commentaires discriminatoires (38%) (le sarcasme est difficile à évaluer, peut-être des commentaires destinés à de très bons amis, sans rancune et avec une touche d’humour…), mensonges par rapport aux qualifications (26%) (ce n’est pas parce que vous ne trouvez pas certaines informations en ligne que le candidat a menti, son profil n’est peut-être pas à jour) et, finalement, le manque de compétence en communication (24%). Pour ce dernier point, je ne peux qu’appuyer ; il y a tellement de gens qui s’expriment mal et qui ne portent aucune attention aux fautes, même des professionnels, tels des journalistes font de nombreuses erreurs…

Avoir un comportement exemplaire en ligne est maintenant requis de la part des chercheurs d’emploi, car la majorité de leurs actions sont retraçables. Bien qu’en théorie les recruteurs se doivent de ne considérer que les facteurs en lien direct avec l’emploi, soit les compétences, mais ce n’est pas toujours le cas… Certaines entreprises se basent même sur le nombre « d’amis », de « followers » ou autres contacts pour se faire une idée du candidat; « savoir qui sont vos amis et quel est votre cercle d’influence intéresse les recruteurs » (http://veilletourisme.ca/2010/01/06/le-%C2%ABmix%C2%BB-reseaux-sociaux-employes-et-compagnies-la-tendance-de-l%E2%80%99heure/). Par contre, certains individus « collectionnent » les contacts, ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’ils les connaissent, ni que ceux-ci les recommandent… Je trouve désolant qu’une personne ayant un réseau virtuel plus restreint puisse être éliminée avant même d’avoir pu faire ses preuves en tant que personne et employé.  Les recruteurs devront être plus prudents, car « la loi contre la discrimination et pour l’égalité des chances fixe très bien les règles, et un recruteur ne doit baser son choix que sur des critères en lien avec le poste en question » (http://www.atelier.fr/juridique/10/24082009/recrutement-reseaux-sociaux-cadre-juridique-lois-candidats-38609-.html)

Virginie